Toiture

La couverture ou toit est l’élément qui recouvre la partie supérieure d’un édifice. Son but premier est de protéger l’intérieur d’un bâtiment des intempéries et de l’humidité. C’est l’élément principal d’une construction. Les différentes formes et différentes couleurs sont autant de critères qui caractérisent les architectures régionales et donnent sa personnalité au bâtiment.

La toiture dans l’histoire

      Le mot couverture vient du latin cooperire qui signifie couvrir complètement.

      Aujourd’hui nos toitures sont presque des prouesses technologiques, mais il y a 40 000 ans ce n’était que de simples peaux d’animaux. Les hommes préhistoriques utilisaient également des matériaux naturels tels que le bois, la paille, des écorces ou encore de la chaume. Au fur et à mesure des âges, l’homme s’est perfectionné. Les romains ont, par exemple, mis au point des techniques révolutionnaires pour la fabrication des ardoises, des tuiles, ou encore des briques. De nombreux incendies relatés au Moyen-Âge ont même poussé certains rois à imposer la brique. C’est au XVIème siècle que sont apparues, dans les Flandres, les premières tuiles ondulées.

      Le paysage était autrefois façonné par un bâti propre à chaque région ; les techniques de construction et les architectures bénéficiaient de ressources locales de haute qualité (matériaux nobles), adaptées et travaillées en fonction des conditions climatiques. À l’époque, l’évolution des techniques artisanales était conditionnée par le climat local (par exemple, le climat humide de l’Anjou donna lieu à l’extraction en sous-sol de pierres naturelles résistantes à l’humidité). Actuellement, la recherche perpétuelle de rentabilité des fabricants de matériaux entraîne l’obsolescence et la disparition des valeurs et des techniques ancestrales.

      Charpente
      Toiture ardoise

      Le métier de couvreur

          Le métier de couvreur existe depuis que l’homme construit son habitat pour se mettre à l’abri. Depuis toujours le couvreur réalise ou répare les toitures. Son but est de recouvrir la charpente.

          De nos jours, son travail consiste à choisir le bon matériau (ardoises, tuiles etc…), avoir la bonne technique de pose, façonner les matériaux et enfin les mettre en place en respectant les règles d’étanchéité. Le couvreur a donc de nombreuses responsabilités.  Il existe plusieurs spécificités au métier de couvreur. En effet ce dernier peut-être couvreur zingueur, plus spécialisé dans la pose et entretien des ouvrages en zinc. Le couvreur travaille tout au long de l’année et doit respecter les règles de sécurité en vigueur plus que tout autre profession du bâtiment. Le couvreur travaille toujours en équipe de 2 minimum pour assurer leur sécurité.

          Les matériaux

          La tuile en terre cuite : utilisée depuis l’Antiquité pour recouvrir les toits, la tuile est aujourd’hui présente un peu partout en France. Elle est très résistante aux intempéries, a un fort pouvoir d’isolation et est de plus très appréciée pour son côté esthétique qui plaît au plus grand nombre. Composée simplement d’argile et d’eau, la terre cuite est écologique car n’utilise aucun polluant lors de sa fabrication et vous garantira un air sain dans votre maison. La tuile en terre cuite possède une espérance de vie autour de 30 ans, contre 50 ans pour les tuiles en béton. Mais une toiture bien entretenue peut augmenter considérablement sa durée de vie.

          L’ardoise naturelle : est une roche dite métamorphique avec une couleur unique. L’ardoise était extraite de gisement plus particulièrement en Anjou (considérée comme la plus pure) et en Bretagne. En effet ces régions disposaient de nombreux gisements, on retrouve donc l’ardoise sur les couvertures des maisons mais également au sol. Le paysage architectural est principalement coloré par les ardoises. Ces dernières possèdent d’immense qualité d’étanchéité, d’isolation et de solidité. L’ardoise est un matériau tellement résistant qu’une toiture en ardoise peut avoir une durée de vie jusqu’à 100 ans.  De nos jours, pour des questions de coûts, les maisons possèdent des toitures avec des ardoises naturelles mais venant d’Espagne ou des ardoises en fibro-ciment. Malheureusement ces ardoises espagnoles offrent un taux de résistance à l’eau et à l’abrasion très inférieur à celles d’Angers. L’ardoise d’Espagne, souvent trop fine, contient très fréquemment de la pyrite, un minerai de fer qui la rend sujette à la rouille jusqu’à en être perforante.

          Elle a tendance à s’effeuiller, ce qui provoque un éclatement qui s’étend à l’ensemble de la couverture. De plus ce problème étant considéré par les assurances comme un défaut d’ordre purement esthétique, il n’est pas couvert et devient donc un véritable fléau. Les ardoises espagnoles de première catégorie ne sont pas épargnées, car la veine de l’ardoise reste identique, les critères de sélection ne portant que sur l’épaisseur, la découpe ou la couleur, qui n’apportent aucune garantie de non corrosion de la pyrite. Toutefois l’ardoise d’Angers contient également de la pyrite de cuivre mais non perforante.

          L’ardoise fibro-ciment : n’est pas d’origine naturelle. Composée de fibres-ciment, voire de fibres de bois, elle est imperméabilisée par bain ou dans la masse au moment de leur fabrication, ce qui leur confère étanchéité et résistance aux agressions du climat. Malgré cela, cette protection s’estompe au fil du temps, ce qui oblige à procéder à une reprotection tous les 25 à 30 ans pour optimiser sa durée de vie, qui peut égaler celle d’une ardoise naturelle si on l’entretient avec des produits adaptés. Les conséquences d’un manque d’entretien seraient une déformation de l’ardoise dite “tuilage”, une décoloration très inesthétique et mettront éventuellement les fibres d’amiante à nu.

          Pour rappel : l’ardoise fibro-ciment amiantée n’est interdite en France que depuis le 1er Janvier 1997. Toutes les toitures en fibro-ciment ou en tôle ondulée posées ou remplacées avant cette date contiennent donc de l’amiante.

          Tuiles

          Les problèmes que peut rencontrer votre couverture

              Pour garder toutes ses propriétés premières que sont l’étanchéité et l’isolation, votre couverture doit être entretenue pour éviter les grosses réparations.

              Les années et la météo sont évidemment des facteurs qui peuvent endommager votre toiture. Mais le choix des matériaux est également à prendre en compte. Les toitures avec l’utilisation d’ardoises d’Espagne ou d’ardoises fibro-ciment sont sujettes plus facilement à de fortes dégradations. C’est pourquoi un bon entretien est primordial.

              Il est plus rentable d’entretenir ses ardoises fibro-ciment que d’entreprendre un remplacement complet de la toiture par des ardoises naturelles espagnole plus onéreuse, qui ne garantiront pas une durée de protection supérieure, en raison du problème chronique de rouille qu’aucune assurance ou fournisseur n’acceptent de garantir.